Viens découvrir le monde des films ghibli
 
AccueilPortailCalendrierGalerieFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion
Le forum a passé les 10 000 messages.

Merci à tous.


Blake et Mortimer

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage
Sarian


avatar



Masculin

Date d'inscription : 24/02/2012
Messages : 1151

Age : 31
Scorpion

Localisation : Brive La Gaillarde


MessageSujet: Blake et Mortimer Sam 22 Sep 2012 - 19:20

Blake et Mortimer est une série de bande dessinée créée par le dessinateur belge Edgar P. Jacobs en 1946, puis reprise à sa mort en 1989 par Bob de Moor, puis Jean Van Hamme, Ted Benoit, Yves Sente, André Juillard, René Sterne, Chantal De Spiegeleer et Aubin Frechon. D'abord éditée par les éditions du Lombard, elle est désormais publiée par les éditions Blake et Mortimer, une filiale du groupe Média-Participations. Elle fut pré-publiée pendant de nombreuses années dans Le Journal de Tintin dont elle était, avec le héros éponyme, un des moteurs.

Les prémices de la saga se retrouvent avec des personnages très similaires dans Le Rayon U, du même auteur, publié dans le magazine Bravo en 1943, une série elle-même inspirée du Flash Gordon d'Alex Raymond. Mais la présence et les rôles qui y sont donnés à de jeunes femmes ne seront pas repris dans le monde du journal de Tintin qui s'adresse à un jeune lectorat masculin à une époque qui ne connaissait pas encore la mixité scolaire.

La série met en scène deux héros principaux, Sir Francis Blake, un militaire de carrière ayant débuté dans la RAF, et mis à la disposition des services secrets britanniques de contre-espionnage militaire le MI5, et son ami le professeur Philip Mortimer, spécialiste en physique nucléaire, qui se retrouvent souvent confrontés à leur grand ennemi, le colonel Olrik — de fait le troisième plus important personnage de la série, parfois accompagné de ses hommes de main tels que l'américain Sharkey, Razul le Bezendjas ou encore le malfrat Jack.

On remarquera que le compagnon des héros, Nasir, un sikh natif du continent indien qui s'était mis à leur service au cours du premier album, va disparaître après l'affaire de La Marque jaune et l'entrée dans l'époque de la décolonisation. Il réapparaîtra cependant bien des années plus tard sous la plume des continuateurs d'E.P. Jacobs, dans Les Sarcophages du 6e continent.

Le charme de la série est dû, entre autres, à un mélange savant de réalisme et de science-fiction. Si dans Le Secret de l'Espadon l'aventure est surtout d'ordre militaire et technologique et dans Le Mystère de la Grande Pyramide plutôt historique et ésotérique, des albums comme La Marque jaune, L'Énigme de l'Atlantide ou Le Piège diabolique mêlent de front tant l'action guerrière ou policière que l'utilisation des découvertes scientifiques. Edgar P. Jacobs se distingue notamment par sa volonté de réalisme et d'exactitude dans le détail. Travaillant souvent d'après photos ou croquis de repérages, il a créé un monde dans lequel la fiction devient ainsi complètement plausible. La précision se retrouve dans la reconstitution des parcours tant sur les délais que sur la représentation des lieux traversés, S.O.S. Météores — qui se déroule entre Paris et la région de Versailles — étant exemplaire à ce sujet.

En outre, par respect du lecteur, il s'imposait de le mettre dans un environnement qui puisse lui permettre d'apprendre tout en se distrayant. À cet égard, la visite guidée du musée du Caire (dans Le Mystère de la Grande Pyramide) est édifiante, comme celle de la Tour de Londres (dans La Marque jaune) ou du sous-sol parisien (dans L'Affaire du Collier).

On peut aussi parler, dans la mise en scène de ses vignettes, de véritables prises de vues, et ceci de façon tout à fait comparable à celles de l'art cinématographique (par exemple le plan panoramique qui débute La Marque jaune). Il maitrise également un art du montage qui donne à l'œil, sans que le lecteur en ait conscience, une lecture de la planche sous une forme éclatée.

C'est enfin l'un des grands maîtres de l'éclairage, avec une savante et récurrente utilisation d'environnements colorés, tels des filtres (notamment les rouges orangés, les verts et les gris bleus) qui soulignent l'intensité des situations.

Une autre des caractéristiques de la série est l'abondance de didascalies et de textes très denses dans certains phylactères. Cet aspect, à rapprocher de la recherche de précision de Jacobs, a valu à la série une réputation de bande dessinée « bavarde ». Cette particularité toute « jacobsienne » s'explique d'une part par le fait qu'historiquement, la bande dessinée, en tant que figuration narrative, était contrainte pour être acceptée par les éditeurs de la première moitié du XXe siècle de faire passer le texte avant l'image (le « ballon » étant honni car considéré comme entraînant paresse et perte de l'usage de la lecture), et d'autre part par la volonté de raconter une histoire qui soit instructive, couplée au goût pour les effets du théâtre.

S'il est un thème constant, c'est bien celui du cheminement des héros dans un monde clos et souvent souterrain, semé d'énigmes et de pièges jusqu'à l'issue finale en pleine lumière. Diverses interprétations analytiques ont pu être données sur les raisons de l'intérêt de l'auteur pour ces quêtes initiatiques. L'explication tiendrait à une chute que Jacobs aurait faite dans un puits étant enfant, anecdote racontée par Jacobs lui-même dans son autobiographie « Un Opéra de Papier » (Éd. Gallimard - 1981).

Par ailleurs, on remarque un rythme extrêmement soutenu dans le déroulement de l'histoire. Ceci est notamment lié au fait qu'avant la parution en album, la publication était réalisée, comme pour les autres auteurs jusqu'au début des années 1980, de façon hebdomadaire, une seule planche à la fois. Blake et Mortimer était alors imprimé en quatrième de couverture du journal de Tintin. De ce fait, la stripsodie était décomposée pour apporter un rebondissement chaque semaine et contenir un élément propre à créer en chaque fin de page une forte attente de la suite (principe du cliffhanger dans les feuilletons d'aventures).

Aventures destinées à l'origine à un lectorat exclusivement masculin, la série sera caractérisée par le rôle extrêmement limité qu'y jouent les femmes, sous la plume de E.-P. Jacobs et surtout sous la contrainte de son éditeur et la censure de l'époque. À titre d'exemple, dans l'album La Marque jaune, un bout d'une case où l'on voit une danseuse sur la couverture d'un magazine que tient le personnage Septimus, sera « tramé » afin que l'on ne puisse pas voir ses jambes. Autre exemple, il n'apparaît absolument aucun personnage féminin dans le premier épisode du Secret de l'Espadon, même en second plan, ceci malgré l'intérêt que leur portait Jacobs ainsi que le montre Le Rayon U, un album antérieur à la série, mais qui contient déjà tous les ingrédients que l'on retrouvera développés par la suite (le scientifique, le militaire, le renégat, le fidèle domestique, les forêts et animaux préhistoriques, la civilisation maya, les complots, les ailes volantes…). Les femmes seront cantonnées dans les apparitions en arrière-plan, ou des rôles très mineurs, tel que celui de Demoiselle Agnès, dans Le piège diabolique. Cette situation n'évoluera qu'avec la reprise de la série par de nouveaux scénaristes et L'affaire Francis Blake, plus de 50 ans après le démarrage de ces aventures.

Enfin l'auteur ayant imaginé postérieurement une biographie à ses trois héros, les repreneurs de la série ont pu s'en inspirer pour présenter ainsi des moments antérieurs aux premiers albums relatant des épisodes de l'adolescence de Francis Blake et Philip Mortimer.

Source


Revenir en haut Aller en bas
http://historium.forumactif.com
Caline


avatar



Féminin

Date d'inscription : 07/01/2012
Messages : 1049

Age : 31
Cancer

Localisation : Dans l'univers Calinien


MessageSujet: Re: Blake et Mortimer Mer 3 Oct 2012 - 3:14

J'accroche pas trop a ce da non plus.. Bof bof


Revenir en haut Aller en bas
http://www.dessins-animes.net/
Sarian


avatar



Masculin

Date d'inscription : 24/02/2012
Messages : 1151

Age : 31
Scorpion

Localisation : Brive La Gaillarde


MessageSujet: Re: Blake et Mortimer Mer 3 Oct 2012 - 10:22

Caline a écrit:
J'accroche pas trop a ce da non plus.. Bof bof
ça tombe bien, il s'agit d'une BD


Revenir en haut Aller en bas
http://historium.forumactif.com
Contenu sponsorisé






MessageSujet: Re: Blake et Mortimer

Revenir en haut Aller en bas

Blake et Mortimer

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Permissions des habitantsVous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
L'univers des Ghibli :: LITTERATURE
 :: Bandes dessinées
-